lunes japonaises

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 

lunar17.jpg

( 1834) Utagawa Hiroshige 

 

lunar25.jpg

 Lune à Nagase date et Artiste inconnu.

lunar24.jpg

 (1907) par Shiron Kasamatsu

 

lunar27.jpg

Soirée fraîche sur la rivière Sumida (1910-1920) par Eijiro Kobayashi.

lunar19.jpg

Sanctuaire, Visite de nuit (de 1910 à 1920) par Kiyochika Kobayashi.

lunar18.jpg

lune à Nezu Shrine, Tokyo (1932). Artiste inconnu.

lunar20.jpg

Pleine Lune à Enoshima (1933) de Toko.

lunar22.jpg

(1930) par Ito Yuhan.

lunar30.jpg

 (1936) par Koitsu Tsuchiya.

lunar23.jpg

 Shimoda (1937) de Kawase Hasui.

lunar29.jpg

Bateau de plaisance Sous un clair de lune  ( 1938) par Koho Shoda.

lunar26.jpg

 Arai Yoshimune II.

lunar28.jpg

 Arai Yoshimune II.

 

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 13/10/2015 02:08

Gilbert et Georges, quand même... ça n'est plus de l'éclectisme, c'est de la provocation. ("Et un autre de..." ? Votre troisième nom est tombé) / Pas Saint-Mandé ! seulement Vincennes... St-Mandé c'est Robert Lamoureux ("Et le canard était encore vivant !"), et Yvette Guilbert... Je n'ai pas oublié pour mes photos et suis flatté que... vous non plus ! Mais mon vieux scanner est en miettes - en racheter un oui mais aussi un nouvel ordinateur je crains (rapport à la compatibilité) (Quelle époque)

xristophe 12/10/2015 15:56

Moi aussi, comme BA, je bouche le blanc chaulé des murs de ma cellule de moine avec des chefs-d'oeuvre glanés autour du monde : Dieu me pardonne ! J'essaye d'y fourrer aussi quelques oeuvres personnelles, photoshop ou sépia... hélas, le MoMA me prend tout et je ne sais pas résister aux millions de dollars qu'ils m'offrent nets d'impôts !

lesdiagonalesdutemps 12/10/2015 16:34

lorsque l'état m'a fourni un joli logement de 9m2 pour 1an et demi. J'avais agrémenté mes mur de jolis poster dont deux grands de Gilbert et George, un de Picasso et un autre de ; toujours l'éclectisme ; pour mon petit cabinet de toilette une joli vache et la faune de la Brière. Tous comptes faits ce sont de bons souvenirs. C'est comme cela que je suis venu à bout de La recherche. La prochaine fois je prendrai Les mémoires d'outre tombe.
A propos de votre oeuvre j'attend toujours vos photos... Les culottes courtes de Saint Mandé...

Olivier 09/10/2015 11:16

Ces images sont tellement belles à mes yeux que je me refuse à en alterner l'harmonie par le moindre commentaire.
Si j'avais le moindre argent pour accrocher quelque chose sur mes murs uniformément blancs, voilà où irait ma préférence.

lesdiagonalesdutemps 09/10/2015 13:23

Ce détachement de l'objet je l'ai constaté chez bien des gens et j'en suis tout à fait incapable.
Dans une autre réponse que j'ai fait à un de vos commentaires, je parlais des successeurs de Joubert et j'ai omis de citer les dessinateurs (trices presque toujours) de yaoi, volà qui boucle sur le Japon.

Olivier 09/10/2015 13:09

Garder mes murs blancs et nus ou non, sacré dilemme ! Depuis l'enfance et l'adolescence durant lesquelles les murs de ma chambre n'ont pas été moins couverts qu'une autre, je n'ai cessé d'épurer mon environnement dans les différents lieux où j'ai vécus, et maintenant il n'y a quasiment plus rien. Quelque part, la possession matérielle m'accable, j'ai du mal à me l'expliquer (on pourrait rattacher cela à ma difficulté à faire des choix). Je trouve aussi dans le vide ou l'absence une vérité qui correspond chez moi à un besoin libérateur ; cela me permet une grande sensibilité et réceptivité à tout ce qui m'entoure par ailleurs, et qui n'est pas que mental (heureusement).
Mais enfin, cela n'a rien d'une lubie. Parfois, je suis tenté de repeupler mes murs, même modestement. Mon intérêt retrouvé pour votre blog n'est sans doute pas étranger à cette tentation. Et donc, tout entêté que je suis depuis pas mal de temps par le Japon, ce billet n'a pas manqué de faire mouche.

lesdiagonalesdutemps 09/10/2015 12:00

certaine de ces estampes doivent être assez peu couteuses. J'en ai acheté une au Japon pour quelques dizaine d'euros. La confection d'estampes est encore actuelle au Japon. En ce qui me concerne je préfère celles des années 30.
Je ne pourrais pas vivre entouré de murs blancs, même dans quasi total dénuement, je n'ai donc jamais été entouré de murs nus. On peut toujours y mettre des posters, des pages de journaux ou dessiner soi même sur des papiers blancs ou de couleur. J'ai un besoin vital d'images autres que mes images mentales.