Il jouait de la contrebasse

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Il jouait de la contrebasse

En photographiant ce garçon dans le métro, je pensais à une chanson, "Il jouait de la contrebasse, que chantait Georges Ulmer...

 

C'était un monsieur à la mine aigrie
Qu'était musicien dans une brasserie
Tous ses camarades étaient applaudis
Il était le seul qui restait dans l'oubli

Il jouait d' la contrebasse
Chaque jour à la même place
Tout en battant la mesure
Avec le bout d' sa chaussure

Les autres, dans chaque morceau
Jouaient des p'tits solos à part
Mais lui, c'est pas rigolo
On le laissait au rancart

Car il jouait d' la contrebasse
Chaque jour à la même place

Il aurait voulu être violoncelliste
Jouer du Chopin, du Bach ou du Litsz
Mais il n' pouvait pas changer d'instrument
Car pour se nourrir depuis bien trente-cinq ans

Il jouait d' la contrebasse
Chaque jour à la même place
Tout en battant la mesure
Avec le bout d' sa chaussure

Il se voyait Salle Gaveau
Jouant le Cygne de Saint-Saens
Toute la salle hurlait "Bravo !"
(Bravo !)
Mais juste à cet instant...

Il jouait d' la contrebasse
Et il comprenait, hélas
Qu'il finirait sa triste vie
Dans cette même brasserie

Il jouait de la contrebasse
Paris, aout 2015

Paris, aout 2015

Commenter cet article

Olivier 27/09/2015 14:31

Oh là, permettez-moi (ou mieux : censurez-moi) d'être sans tact, mais vous évoquez un temps que les moins de ... ans ne peuvent pas connaître, et je m'y compte. Remarque idiote, je l'avoue, mais j'aime à mesurer ainsi la somme de souvenirs infinis que différentes générations partagent ou échangent, même à des décennies d'écart. Bref, moi, si vous me dites contrebasse, comme je ne suis guère musicien, c'est le court roman de Patrick Süskind, porté jadis au théâtre par Jaques Villeret, je crois, qui me revient en tête (ce qui ne nous rajeunit pas non plus, alors que la contrebasse, du classique au jazz à la musique contemporaine, traverse allègrement le temps jusqu'à se lover aujourd'hui entre les bras de ce juvénile instrumentiste).

xristophe 06/08/2015 22:57

En tout cas la housse est magnifique

Bruno 05/08/2015 19:03

https://www.youtube.com/watch?v=ZBhQAyHRo3c
merci pour cette belle capture métropolitaine

lesdiagonalesdutemps 06/08/2015 17:25

Merci pour ce lien qui me fait me souvenir de mes tous premiers souvenir de télévision avec cet extrait des 36 chandelles.

Bruno 06/08/2015 16:29

La chaleur rend les claviers glissants
https://www.youtube.com/watch?v=GyWe9qRlUIQ
mes excuses à notre hôte et à ses nombreux lecteurs

lesdiagonalesdutemps 06/08/2015 06:48

Très intéressant lien que cette rue Vilin.

xristophe 05/08/2015 01:06

Jouer du Chopin au violoncelle... Vraiment calé, ce Georges Ulmer...

lesdiagonalesdutemps 05/08/2015 07:12

probablement pour la rime, ceci dit il existe pour ces pauvres contrebassistes de multiple transcriptions d'oeuvres pour contrebasse alors pourquoi pas Chopin. Dans le même esprit que cette chanson, il y a la désopilante pièce la Contrebasse pour moi un grand souvenir de théâtre avec Jacques Villeret bien sûr.

Albin 04/08/2015 09:37

Comme vous, je m'interroge quelquefois sur ce qui peut bien se cacher derrière un visage. Tout une vie à deviner à partir de quelques indices.
En tout cas, ce garçon aura un autre destin que celui de la chanson, car je ne doute pas qu'il ait fait de la contrebasse un passe-temps secondaire.

lesdiagonalesdutemps 05/08/2015 07:09

Vous avez raison mais aussi dans bien des opéras, dans la pop parfois pour la chanson elle est très présente dans celle de Félix Leclerc (tenue en France par le même Pierre Nicolas) en en général dans la chanson canadienne, parfois chez Léo Ferrè et bien d'autres.

xristophe 05/08/2015 01:11

Il n'y a pas que "dans la chanson" qu'on trouve des contrebasses... (du reste je ne connais que "celle" de Brassens - tenue par Pierre Nicolas) Tous les orchestres, jazz, "classique" (je déteste cette appellation), moderne (Boulez etc) contiennent des contrebasse, jeune Albin