William Cliff, Amour perdu

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Ce n'est pas le Palais Farnese mais une rue de Séville en avril 2011...

Ce n'est pas le Palais Farnese mais une rue de Séville en avril 2011...

Tu marchais tout le long du grand palais Farnèse,
de ses murs écrasés de briques entassées,
et tu étais tout seul avec ton élégance,
tu marchais lentement tout le long des hauts murs.

Et puis tu as été par un ami vulgaire
arrêté, tu as dû lui parler comme on doit
parler à un patron, un prêtre, un professeur.

C'est ainsi que nous n'avons pas pu nous connaître
car toujours dans la vie les obstacles nous viennent
des ennuyeux jaloux qui nous suivent partout.

Tu m'aurais montré ton corps, tu m'aurais donné
à humer les endroits odorants de ta chair,
j'aurais tout exploré de ton être, t'aurais
entièrement aimé et ensuite parlant

comme les amants parlent quand ils ont aimé,
j'aurais appris ta vie, tes projets, ton histoire,
m'en souvenant longtemps comme l'on se souvient
des beaux moments d'amour qui brillent dans la vie

et nous ravissent par leur charmant souvenir.

William Cliff Amour perdu Le Dilettante, 2015

Publié dans citations

Commenter cet article

Olivier 27/09/2015 17:29

Oh, un Dilettante que j'ai manqué en beauté ! Vite, rattraper cet oubli, grâce à vous.

Bruno 31/07/2015 20:00

Je me souviens de "Marcher au charbon"...enfin..il faudrait que je relise..
merci pour ce rappel