polythéisme et art

Publié le par lesdiagonalesdutemps

... précisément de cette inavouée concession au polythéisme qu'à pu naitre toute l'efflorescence de l'art - refusé au monothéisme absolu des arabes (et des juifs et des protestants) (...) ce n'est que dans la mesure où le catholicisme se paganise (si j'ose dire) où il consent et cède à la diversité humaine, qu'il favorise l'art - et la civilisation.

André Gide, Journal

Publié dans citations

Commenter cet article

ismau 02/05/2016 19:50

Pour l'occasion, je découvre qu'il existe déjà un essai : ''L'univers ludique d'André Gide'', de Bertrand Fillaudeau …
Mais quel régal que cet article ! Il me donne envie de lire Les Cahiers de la Petite Dame, éventuellement d'apprendre à jouer à ce jeu au nom drolatique . Dans le Journal, je n'ai trouvé mention qu'une fois de la crapette, au 30 juillet 1930 ( je me doutais bien que Gide ne nous disait pas tout ! )

lesdiagonalesdutemps 02/05/2016 20:26

Un grand cachotier de ses véritables passions; il savait s'amuser le bougre...

Bruno 29/04/2016 22:40

Sur Gide...pour une thèse future :
http://bibliobs.nouvelobs.com/documents/20160429.OBS9549/andre-gide-grand-malade-de-la-crapette.html

lesdiagonalesdutemps 29/04/2016 22:56

Merci pour le lien mais je ne comprend pas les règles de ce jeu. C'est pratique un jeu à deux. Je me mettrais bien aussi à la crapette. Pour une thèse: l'influence de la crapette sur l'oeuvre de Gide, cela n'est pas plus farfelu que certaines thèses.

ismau 11/07/2015 15:58

Gide, je ne le trouve heureusement pas tiède ! Ses jugements subtils et nuancés , jamais agressifs, sont en même temps souvent très audacieux . Son courage intellectuel m'impressionne et je m'étonne toujours qu'on ne le salue pas davantage aujourd'hui . Au sujet de la famille, de l'homosexualité, du communisme, de la religion, … ses idées se sont avérées justes, avec un temps d'avance .

lesdiagonalesdutemps 11/07/2015 17:57

Je suis entièrement de votre avis je voulais simplement dire que le coté disons diplomatique de son expression faisait que ses opinions à première vue paraissaient plus tièdes qu'elles n'étaient.

ismau 10/07/2015 23:44

On pourrait croire, lisant ce court extrait, que Gide y écrit un éloge du catholicisme, ce qui serait tout de même un peu curieux . Sa réflexion de protestant athée sur le paradoxal paganisme catholique, attaché aux arts visuels ( le seul monothéisme qui ne soit pas iconoclaste ) me paraît très juste. Mais on se demande pourquoi Gide semble aussi peu critique  : la fameuse tentation de la conversion ? que ''certains'' mettent je trouve un peu trop facilement en avant .
Cet extrait habilement tronqué par exemple . Voilà qui m'a donné envie de le rechercher ; je l'ai finalement trouvé dans les « Feuillets » de 1937 . Avant les points de suspension d'abord : sa critique du catholicisme est subtile et sans virulence mais bien réelle : n'en déplaise à Xristophe on ne rit pas toujours avec ces dieux là . Ensuite au milieu de l'extrait ( … ) pourquoi avoir enlevé le «  Qu'il veuille ou non l'admettre … » Et puis la phrase suivante, aussi très intéressante «  Goethe l'a sans doute compris ; mais aucun de nos philosophes de XVIII, monothéistes à qui mieux mieux ; aucun d'eux que je sache n'a rien compris au paganisme »
J'admire dans tout ceci, dans ces pages que je découvre grâce à vous, l'absence totale de dogmatisme de Gide et le caractère extraordinairement mesuré de sa pensée, sans aucune animosité . Le chapitre suivant qui critique très nettement et intelligemment le communisme, est également remarquable .

lesdiagonalesdutemps 11/07/2015 07:46

Citer, c'est toujours un peu trahir. Vous avez bien compris que j'exprime plus ou moins mes opinions (beaucoup moins mesurées que celles de Gides, bien qu'il me semble que ce soit surtout sa prudence et son style qui fassent que ses idées paraissent parfois tièdes) par le biais de prestigieux truchements. Autre but est que le lecteur curieux, mais il n'y a pas pléthore de cette espèce, aille voir ce qui précède ou suit l'extrait choisi.

xristophe 06/07/2015 18:50

Plus on est de dieux, plus on rit. (Je suis bien d'accord avec Gide !)