Le grand poète et écrivain Claude Michel Cluny est mort dimanche à Paris à l’âge de 84 ans.

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Le grand poète et écrivain Claude Michel Cluny est mort dimanche à Paris à l’âge de 84 ans.

Le grand poète et écrivain Claude Michel Cluny, auteur d’une œuvre foisonnante plusieurs fois récompensée par des prix prestigieux, est mort dimanche à Paris à l’âge de 84 ans.

Né le 2 juillet 1930 à Charleville (Ardennes), Claude Michel Cluny fut aussi critique littéraire et critique de cinéma, nouvelliste et romancier. Aux éditions de La Différence, il avait également dirigé à partir de 1988 la collection de poésie "Orphée".

En 1961, Claude Michel Cluny, qui vient de publier ses premiers poèmes ainsi que des notes critiques dans La Nouvelle Revue française, publie chez Denoël son premier roman, "La Balle au bond", qui sera suivi, en 1965, par son premier recueil de poèmes, "Désordres", accueilli par Georges Lambrichs dans la collection "Le Chemin".

Il collabore alors aux Lettres françaises, à La Quinzaine littéraire dès sa fondation par Maurice Nadeau en 1965, et, à partir de mai 1967, tient la critique de cinéma dans La Nouvelle Revue française. Il sera ensuite critique cinématographique au Nouvel Observateur de 1971 à 1973, critique littéraire au Quotidien de Paris de 1979 à 1986, ainsi qu’à L’Express de 1981 à 1996.

Dans les années 1990-2000, Claude Michel Cluny assure la chronique de littérature étrangère du Figaro littéraire. Il rédige également de nombreux articles au Magazine littéraire, jusqu’en 2003.

Pratiquant les mystifications littéraires, il a aussi écrit sous le pseudonyme d’Antonio Brocardo, ainsi que sous celui d’Harmodios de Cyrène, auquel il attribue une suite de fragments intitulés "Feuilles d’ombre" (La Différence, 1987). Il est notamment l’auteur de "Hérodote Éros", "Les Dieux parlent" et "Inscriptions", réunis dans le recueil "À l’ombre du feu", en 2001.

En 1986, Claude Michel Cluny a été couronné par le Prix Guillaume Apollinaire pour "Asymétries" avant de recevoir le Grand prix de l’Académie française poésie, en 1989, et le prix européen Léopold Sédar Senghor, en 2012, pour l’ensemble de son oeuvre poétique.

Le prix Renaudot de l’essai lui avait été attribué en 2002 pour "Le Silence du temps", premier tome de son journal. La guerre avait marqué son enfance en région parisienne, lui inspirant un récit autobiographique, "Sous le signe de Mars" (La Différence, 2002). Il avait fait plusieurs fois le tour du monde et son oeuvre témoigne de cette importance du voyage dans sa vie.

article repris du Dauphiné

Publié dans livre

Commenter cet article

Bruno 25/05/2015 16:43

Hommage par son ami Pérol qui l'avait guidé au Japon :
https://www.ladifference.fr/actualites/hommage-a-claude-michel-cluny.html
pas toujours d'accord sur tous les aspects de la personnalité du poète, mais par là, intéressant

lesdiagonalesdutemps 25/05/2015 21:51

Merci beaucoup de m'avoir fait connaitre ce beau texte dont je vais faire un billet demain.

ismau 17/01/2015 23:01

On peut le retrouver s'exprimant sur la poésie, en ouverture de cet Apostrophe de 86 :
http://www.ina.fr/video/CPB86005993

B.A. 18/01/2015 08:49

merci pour le lien

Damian_ca 17/01/2015 04:58

J'ai découvert cet auteur sur ce blogue, j'y aurais également appris son décès.

xristophe 15/01/2015 20:01

Dieu ait son âme, comme dirait Tintin. Remercions-le d'avoir existé mais - cela met un terme, aussi, quand même, à la diarrhée diariste de ses hymnes lassant à la "divine" adolescence... J'aimerais que l'on fît un tiré à part des fragments consacrés à son ami (lui éternel à tous points de vue) Angelo Rinaldi - "guest star de son journal" selon BA.

xristophe 16/01/2015 22:03

Non non, pas de longue maladie : je chercherai moi-même, si c'est ainsi ! (Mais je n'ai plus de place pour mettre tous ces tomes d'un même journal ! J'irai voir à la thèque...)

B.A. 16/01/2015 20:00

Le souci avec le journal de C.M.C. c'est qu'il n'y a pas d'index contrairement à celui de Renaud Camus donc lors d'une prochaine longue maladie je vous rechercherai toutes les apparition d'Angelo dans le journal de C.M.C qui est une merveille et qui mérite qu'on le lise entièrement (je n'ai néanmoins encore lu tous les volumes mais j'avance...). En effet un très bon article.

xristophe 16/01/2015 02:40

Bien sûr : je ne l'ai pas lu du tout... Dites-moi où Angelo est invité as a guest star dans cette masse de feuillets et je vous serai pê reconnaissant un jour de m'avoir rendu cet auteur sensible (CMC). Un magnifique article au moins, déjà, sur Les Jardins du Consulat (ou pê La maison des Atlantes...) (Je vous l'ai envoyé)

B.A. 15/01/2015 20:50

Vous n'avez pas bien lu le journal de C.M.C. il n'y divinise jamais l'adolescence. D'ailleurs il continue à les voir ces amis ados bien après leur adolescence seulement ils ne passent plus dans son lit. Et puis contrairement à Matzneff les galipettes de C.M.C. ne représente qu'une très faible partie de son journal où le voyage et la géographie tiennent une grande place encore plus que la littérature.

Bruno 15/01/2015 17:21

J.Y. Masson, sur le blog d'Assouline annonce que le Journal devait, et doit comporter 14 volumes, ceux restant à paraître, étant prêts.
http://larepubliquedeslivres.com/pour-saluer-claude-michel-cluny/

B.A. 15/01/2015 17:48

Une bonne nouvelle (il n'y en a pas beaucoup en ce moment) et de riches heures de lecture en perpective.