Zappy Max, ça va bouillir mis en image par Tillieux

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Zappy Max, ça va bouillir mis en image par Tillieux

C'est tout à fait par hasard, en musardant dans une librairie, le vice que je pratique le plus, que je suis tombé sur la mise en images par le grand et très regretté Tillieux, des aventures de Zappy Max, écrites par St. Julien (pseudonyme de l'écrivain Hugo de Haan), dans "ça va bouillir". Je ne vais pas vous dire que c'est un chef d'oeuvre de la bande dessinée, ni même que c'est celui de Tillieux (La couverture est dessinée; par François Walthéry), l'inoubliable père de Gil Jourdan, entre autres. Et pourtant mon coeur n'a fait qu'un bon. Que de souvenirs se sont précipités sur ma pauvre personne, la madeleine et les pavés de Venise en même temps. Cet album m'a bien sûr rappelé les premiers temps du journal Pilote avec ses beaux Pilotoramas en pages centrales, mais m'a surtout fait me remémorer le feuilleton radiophonique que j'écoutais tous les jours avant de partir à l'école puis ensuite avant d'aller au collège (je ne sais pas quand cette émission a commencé, mais en revanche je me souviens que ce feuilleton s'est terminé brusquement en 1966, quand soudain Radio-Luxembourg s'est mué en RTL. "Ca va bouillir" était donc diffusé sur les ondes de Radio-Luxembourg, l'ancêtre de R.T.L., vers 13 heure, juste avant il y avait quelques minutes dévolues au chansonnier Pierre-Jean Vaillard. C'était délicieux et raffiné. Rien à voir avec nos humoristes graveleux qui encombrent désormais scènes, écrans et radios. Patrice Delbourg dans son beau roman, "Un soir d'aquarium" a consacré quelques savoureux passages à Pierre-Jean Vaillard...
Je me rappelle que vaguement de l'intrigue aux incessants rebondissement abracadabrantesques de "Ca va bouillir". Zappy, le héros était joué bien entendu par Zappy Max, alors animateur vedette de la station (Il est le 373 ème des 480 souvenirs de Georges Perec dans "Je me souviens"). Or donc Zappy était un courageux jeune journaliste qui devait toujours sauver des griffes du très méchant et asthmatique Kurt von Straffenberg, alias le tonneau, sa jolie fiancée, Edith... L'émission était financé par la lessive Sunil d'ou son titre "ça va bouillir", expression qui un temps est passé dans le langage courant dans le sens de ça va barder... D'une façon assez surréaliste la lessive faisait souvent une intrusion inopinée dans l'histoire; par exemple lorsque Zappy embrassait Edith soudain il disait que ton chemisier sent bon, la jeune femme lui répondait: << C'est normal, il a été lavé avec Sunil. >>.

Si vous avez un enregistrement ne serait-ce que d'un épisode de "Ca va bouillir" ne m'oubliez pas. Merci d'avance.
 

Zappy Max, ça va bouillir mis en image par Tillieux

Commenter cet article

kaNd 07/04/2016 00:09

Il me souvient que j'avais une bd de Zappy Max, mais elle était imprimée en gris-vert sur du papier d'assez mauvaise qualité. Ce n'était donc pas celle-là... Mais apparemment il y en a eu plusieurs.

lesdiagonalesdutemps 07/04/2016 07:11

Je me souviens que cette B.D passait dans les premiers numéros de Pilote et en couleur. C'est la seule que je connaisse. Sa réédition est bien faite mais pas donnée...

xristophe 16/12/2014 13:50

Votre topo concis, complet, brillant (lavé avec Sunil ?) me rappellerait presque, outre les noms de Zappy Max et de Pierre-Jean-Vaillard, pas effacés - ce feuilleton lui-même que je n'écoutais pas - mais qu'un très bavard et sympathique camarade et mon voisin de classe ne cessait de me raconter par le menu pendant les cours au point que cela contribua certainement à cet humiliant merveilleux "redoublement" de ma classe de 3ème, je crois - inaugurant une longue période d'échecs scolaires qui me poursuivit jusqu'à la Sorbonne pendant un an ou deux ! (Mais le redoublement de la classe de Troisième, ce fut sublime - je fus même premier en mathématiques !!! - et eut même des répercussions l'année d'après : d'où que je recommande toujours de tout "redoubler" si possible et en tout cas au moins sa vie - et ses amours) Merci pour l'anamnèse !

B.A. 07/01/2015 17:17

encore merci

Andrée 07/01/2015 17:12

En s'acharnant à cliquer un "certain" nombre de fois, on arrive enfin sur une ligne MP3 où l'on entend l'émission mais il faut reconnaître qu'ils ne facilitent pas la tâche.

B.A. 07/01/2015 17:03

merci pour votre message. malheureusement le lien que vous indiquez semble mort.

Andrée 07/01/2015 16:41

A défaut de retrouver des épisodes de "Ça va bouillir" (dans les années 50) qui n'ont pas l'air d'avoir été repris par l'INA, il existe un lien qui pourrait vous intéresser : http://www.francemusique.fr/emission/etonnez-moi-benoit/2014-2015/ca-va-bouillir-avec-zappy-max-09-20-2014-11-00.
Cordialement

B.A. 16/12/2014 14:29

Dans ma syntaxe douteuse, comme me le rappelle un récent commentaire, je dois commettre quelques anamnèses involontaires, mais celle là ne l'était pas merci de l'avoir remarqué. Très amusante votre anecdote votre camarade était-il joli et portait-il encore des culottes courtes...
Mon évocation n'est pas tout à fait complète car quelques année plus tard j'ai eu la surprise de reconnaitre la voix du tonneau sur les planche du Théâtre Michel où j'assistais lors de la saison 1969-1970 à une représentation de La ville dont le prince est un enfant. Le tonneau s'était transformé en supérieur. Je pu mettre ainsi le nom et la tête d'Yves Brainville sur la voix du tonneau...
Pour redoubler sa vie alors non. Je ne vous suivrais pas comme disait Céline An revoir et merci, ça suffi.