Sans Famille d’Hector Malot vu par Pierre Frisano

Publié le par lesdiagonalesdutemps

 Sans Famille d’Hector Malot vu par Pierre Frisano

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article

xristophe 13/12/2014 14:06

Humble piécette, ma contribution à votre bouquet d'hommages. C'est mon papa qui nous faisait la lecture de ce livre que je n'ai pas lu non plus : je retenais des larmes à grand peine. (Il y eut aussi la lecture de la Chanson de Roland ! La mort du Preux m'en arracha). Pour Sans famille, j'ai retenu curieusement cette séquence minuscule (bien sûr je me souviens aussi des animaux savants, et de leur propension scandaleuse à mourir) : je ne comprenais pas les larmes du vieux Vitalis alors qu'il venait de se faire féliciter pour son talent (par une dame, je crois) ; mon père m'avait donc expliqué : qu'en fait il pleurait là sur son passé, sa jeunesse, car son talent alors était encore plus grand - ces compliments lui faisaient mal car ils tombaient trop tard, il savait n'avoir plus l'excellence d'autrefois. Ce distinguo, curieusement, alors que je devais avoir six ans, m'avait bcp touché...au point de ne me souvenir quasiment que de ça ! (Je ne me suis jamais senti très "jeune", sans doute... ça n' s'arrange pas)

B.A. 13/12/2014 17:06

Je trouve votre anecdote émouvante et ce que vous disait votre père fort intelligent. Comme vous je ne me suis jamais senti jeune, la jeunesse heureusement est une maladie dont on guérit assez vite la vieillesse aussi d'ailleurs mais de manière plus définitive.

Bruno 12/12/2014 16:26

Ahhh...et Fabrice J. dans le feuilleton dont le scénario s'écartait...sensiblement..., du genre :
"Je sais travailler" comme dans votre bd, auquel il était répondu : "moi, j'ai mon chien" comme quoi nos chères têtes blondes étaient à bonne école...

Bruno 12/12/2014 17:20

Je me souviens..
- de "Sans Famille" au Théâtre de la Jeunesse de Claude Santelli avec Michel Vitold dans le rôle de Vitalis
- de "Sans Famille" au cinéma, probablement vu à la télévision, dans la version Marc Allégret, tiens Gide, encore, avec Robert Lynen...

B.A. 12/12/2014 16:38

C'est curieux alors que je me souviens assez bien de la lecture de ce livre sur Radio Luxembourg il y presque 60 an! J'avais complètement occulté le feuilleton télévisé avec le mignon Fabrice Josso et pourtant on m'en a parlé du dit Fabrice...

ismau 12/12/2014 15:52

A ce moment là Joli-Coeur le singe est mort, et les deux autres chiens ont disparu, je crois ...je ne me souviens de cette belle histoire, si marquante pour moi, qu'à travers mon vieux Hetzel, et rares gravures d'époque ... très grises ! Ces modernes images précises et colorées de BD me perturbent un peu .

B.A. 12/12/2014 16:33

J'ai mis cette planche pour rebondir sur le commentaire de Bruno et aussi comme un petit hommage à Pierre Frisano qui est un de ces auteurs de bande dessinée français complètement méconnu et oublié (il est mort il y a peu de temps) parce qu'ils dessinaient dans les journaux pour jeunes en France (moins prestigieux que les belges Tintin ou Spirou) ou pour les petits formats qui ont fait les délice de mon enfance (je prépare un billet sur Brik).
En ce qui me concerne je n'ai jamais lu "Sana famille" J'ai seulement écouté sa lecture. C'était dans les années 50 sur Radio Luxembourg je devais avoir 6, 7 ans mais je me rappelle encore vaguement de l'histoire qui m'avait beaucoup ému.
Je ne connais donc malheureusement pas les illustrations Hetzel.