Lectures d'automne

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Lectures d'automne

Mes lectures automnales ont commencé sur les rives de la Méditerranée pour se poursuivre rapidement sous des cieux plus gris de Londres à Paris, mais avec tout de même quelques pages lues au jardin. Je dois remercier Bruno à qui je dois mes deux grandes découvertes de la saison. Tout d'abord Névé, la belle bande dessinée de Lepage et surtout l'extraordinaire roman d'André Lavacourt "Les français de la décadence", livre inexplicablement enterré depuis plus de cinquante ans par Gallimard son éditeur.

Au moment ou commence à bruisser la rumeur autour du dernier livre de Houellebecq qui serait un roman sur un proche futur de la France; le pays serait devenue mahométant, faites un pas de coté et découvrez André Lavacourt qui voyait, entre autres notre pays envahi par les russes dans les années 1990. C'est moins de saison aujourd'hui (quoique), c'est plutôt à la summertion par les hordes de pouilleux d'Afrique que subit le pays, ce que nous prédisait, dès 1973, Jean Raspail (qui aura quatre vingt dix ans en 2015) dans son "Camp des saints", livre bien sûr à lire, à faire lire et à méditer, à laquelle nous assistons.

Je serais bientôt en mesure de vous en dire beaucoup plus sur André Lavacourt. Je peux seulement vous révéler qu'il se nommait en fait Pierre Couturier. Il était médecin stomatologiste, chirurgien dentiste. Il a exercé en Algérie dans les années 50 et 60 et dans la région parisienne ensuite. Si vous l'avez connu, merci de me contacter.

Une de mes premières lectures d'hiver est "Dans la tête de Patrick Modiano" de Denis Cosnard. Les lignes consacrées notamment à "La place de l'étoile" m'ont fait songer qu'il n'est pas impossible que notre récent prix Nobel ait eu connaissance, avant d'écrire son premier roman, du roman de Lavacourt d'autant, que, comme ce dernier, Patrick Modiano était chez Gallimard, cornaqué par Raymond Queneau... 

Cette fin d'année a vu se terminer deux séries dessinées que je suivais avec passion et dont les personnages étaient devenus comme des proches. Il s'agit de la belle bande dessinée canadienne  "Magasin général" et du manga "Bakuman", une histoire qui nous en a appris tant sur les mangakas. c'est avec tristesse que je les quitte.

 

 

Névé / Lepage et Dieter (B.D.)

- Le chef de Nobunaga tomes 3, 4, 5 / Mitsuru Nishimura et Takuro Kajikawa (manga)

- L'ile du Point Némo / Jean-Marie Blas de Robles (roman)

- Le bal des hommes / Gonzague Tosseri (roman)

- 7 années de bonheur / Etgar Keret (roman)

- Opération Sweet Tooth / Ian McEwan (roman)

- Pour que tu ne te perdes pas dans le quartier / Patrick Modiano (roman)

- Les français de la décadence / André Lavacourt (roman)

- Jin, tome 19 / Motoka Murakami (manga)

- Zipang, tome 42 / Kaiji Kawaguchi (manga)

- I am a hero, tome 12 / Kengo Hanazawa (manga)

- Le bâton de Plutarque (Blake et Mortimer) / Yves Sente & André Juillard (B.D)

- L'ermite (Jérôme K. Jérôme Bloche) / Dodier (B.D)

- Mauvais genre / Chloé Cruchaudet (B.D)

- Sparte (tome 2) / Simon & Weber (B.D)

- Le dernier pharaon (Alix senator) / V. Mangin & T. Démarez (B.D)

- Magasin général / Loisel & Tripp (B.D)

- Bakuman (tome 20) / Tsugumi Ohba & Takeshi Obata (manga)

- Silver Spoon, tome 8 / Hiromu Arakawa (manga)

- Sprite, tome 13 / Yugo Ishikawa (manga)

- Cesare, tome 10 / Fuyumi Soryo (manga)

- Calavera / Charles Burns (B.D.)

 

 

 

Publié dans livre

Commenter cet article

Marc 26/12/2014 18:56

"...c'est plutôt à la summertion par les hordes de pouilleux d'Afrique que subit le pays..." [lire submersion, je suppose].
Comment faut-il comprendre cette phrase ? Rassurez-moi, c'est du second degré ?
Marc

Bruno 03/01/2015 20:18

Chacun cherche son chat...je présume que notre ami xristophe recherchait des chats, peut-être dans le billet :
http://www.lesdiagonalesdutemps.com/2014/12/chats-peints-henriette-ronner-knip-1821-1909.html

B.A. 01/01/2015 15:59

Je ne comprend pas de quel billet vous voulez parler peut être celui sur le livre de Lavacourt
l'adresse en est:
http://www.lesdiagonalesdutemps.com/2014/10/les-francais-de-la-decadence-d-andre-lavacourt.html

xristophe 01/01/2015 15:49

Egaré dans ce labyrinthe - découvrant aujourd'hui seulement cette promesse - je cherche en gémissant - comme dirait Pascal - ce billet !

B.A. 29/12/2014 22:18

Je vous ferais une proposition sous forme de billet demain matin.

xristophe 29/12/2014 22:04

A vous, au secours chère Ismau : dites-moi (je sèche, et... même BA !) quelle serait la bonne métaphore à prolonger, "porter plus loin" (étym.) le charme d'odalisque ou de sorcière de la très belle Clara baudelairienne, ou rinaldienne, si bien photographiée, en termes de peinture pas trop moderne - évitant Pierre et Gilles, SVP !!!

B.A. 28/12/2014 15:35

Clara est photographié à son avantage car c'est une grosse mémère (un peu tyrannique) qui va sur ses seize ans et a comme moi d'ailleurs a un grand souci de son confort.

xristophe 28/12/2014 15:09

C'est mieux ! Merci !!! Mais Léonor Fini peint moins des chats que des femmes-chat (je sais, j'avais l'air de demander ça...), mais avec la lourdeur surréaliste et les points sur les "i" (les deux de son fin patronyme m'auraient suffi...). Trop moderne pour moi, trop explicite. Je crois qu'il faut éviter de chercher chez les modernes. Ingres l'est déjà presque trop avec ses femmes truquées à côtes surnuméraires et les extravagances d'avant-garde de ses femmes au bain. Votre Clara est plus subtile (par "votre" j'entends non seulement le délicieux félin en jupon que vous chérissez mais aussi la photo, cadrage et pose, instant etc par quoi vous projetez sur elle votre riche culture picturale).

B.A. 28/12/2014 07:14

alors disons Leonor Fini

xristophe 28/12/2014 01:58

Bien sûr Steinlen est un peintre de chats, matous plutôt virils et de poil noir ; je pensais moi métaphoriquement à des chats odalisques, à des chattes en somme, comme est Clara je pense, à des femmes en peinture et je cherche toujours le bon peintre, qui me rappelle sa pose, le cadre, le cadrage, et le je ne sais quoi de ses yeux hypnotiques...

B.A. 27/12/2014 15:42

plus qu'à Ingres je pense à Steinlen

xristophe 27/12/2014 15:31

Allons, je remonte en mon Ciel qui tout subsume et dédaigne aux trois quarts "dans l'œil des chats" et j'offrirai mon compliment rituel à la beauté - à Clara nonchalante et presque ingresque... (est-ce le bon peintre ? corrigez-moi) Ô belle Clara merci de retenir ton maître parmi nous sur cette rive douce et riche et qu'il fait mine ici ou là, Dieu sait pourquoi de - soudain misanthrope et avec des accents baudelairiens - tant dédaigner...

B.A. 27/12/2014 08:33

Cela montre votre sectarisme et cela ne me surprend pas. Vous êtes membre sans le savoir des suicidaires de l'occident. J'ajouterai que je n'ai rien contre le suicide...

Marc 26/12/2014 23:47

Soit. Et donc, malgré les qualités indéniables de ce blog, je passerai mon chemin.
Dommage.

B.A. 26/12/2014 22:57

Il n'y a aucun second degré. Croyez moi je sais ce dont je parle mais à avoir trop tôt raison... Mais enfin les yeux commence à se dessiller.
Il n'y a d'ailleurs presque jamais de second degré dans ce blog. Je laisse cela aux petits malins...

Bruno 26/12/2014 16:37

Merci pour ces beaux rappels. J'ai lu, également, les très intéressant "Dans la peau de Patrick Modiano" qui, sans ôter aucun intérêt à la lecture de l'oeuvre, éclaire de façon très curieuse, le personnage de l'auteur Modiano