Le Jour ni l’Heure 3260 : Roger Chapelain-Midy, 1904-1992, Symphonie d’été, 1936,

Publié le par lesdiagonalesdutemps

une peinture bien différente de celles de la dernière période de l'artiste que j'ai rencontré plusieurs fois dans les dernières années de sa vie.

une peinture bien différente de celles de la dernière période de l'artiste que j'ai rencontré plusieurs fois dans les dernières années de sa vie.

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 11/12/2014 14:17

Quant au bougon Jean Clair, qui est pourtant (et juste par son "ton") meilleur à l'oral que dans ses écrits (où une "misanthropie" pesante annule, et même pour moi, toute la valeur "réactionnaire") on se demande quelle mouche, d'adolescence sur le retour, brusquement l'a piqué - ou quel désir sénile de tuer le père, quand il se met à dénigrer son très grand homme - bien sûr, de bcp, "le plus grand" (si ce type de classement journalistique avait du sens) surtout si on le met en parallèle avec cet encombrant néant risible de Marcel Duchamp... Heureusement que l'excellent Guégan corrige, courtois, sensé, brillant. (Quant à Finki, il est comme toujours, de bcp, le meilleur - "toujours mieux que ses invités les meilleurs" - discrètement remettant l'édifice d'aplomb (rien que par son bon sens, déjà, et la pointue finesse, exactitude intellectuelle de ses propos)

B.A. 11/12/2014 14:27

En ce qui concerne la misanthropie de Jean Clair je me demande comment ne pas être misanthrope disons après la cinquantaine après avoir fréquenté tant de spécimens humains comment d'en être pas dégouté. C'est peut être ce qui arrive à Jean Clair après son long face à face avec les oeuvres de Picasso.

ismau 08/12/2014 16:28

Revoici tel quel mon commentaire disparu :

Je ne comprends rien à la peinture de Chapelain-Midy, et ne le connais ni ne l'imagine comme théoricien ; votre billet sera donc le bien venu .
En attendant, je préfère très nettement Basquiat ! ''Aucun rapport'', mais réponse à Xristophe pour son dénigrement récurrent du street art - Basquiat qui, comme Keith Haring, doit tellement à son travail de graffeur des rues de New York … et qui ( pourtant ) est un très grand artiste .

Merci pour votre réponse . A propos de théoricien de l'art, j'ajoute ceci pour écouter une intervention de Jean Clair -surprenante et très intéressante - au sujet de Duchamp, Picasso, la peinture et la modernité .
http://www.franceculture.fr/emission-repliques-picasso-face-au-visage-2014-12-06

xristophe 09/12/2014 22:33

Quant à moi, si tant est que ma personne avec son goût privé ait la moindre importance générale ("Oh insensé" pourtant, a dit on sait Hugo, "qui crois que je ne suis pas toi" !), je ne cesse de louer Basquiat, et je fatigue ce blog avec mon enthousiasme récurent plus ou moins détaillé. Je sais qu'il faudrait préciser, pour le "street art"... Rien pire que les condamnations expéditives. Disons déjà (bien vite !) que je déteste tous les genres street art qui par trop se ressemblent entre eux... Aller p!us loin, ce serait commencer à décrire - je sais ce dont je parle, mais n'ayant pas une bonne "mémoire" visuelle (sauf quand je vois... de mes yeux vois) je ne puis me lancer dans le noir... Disons alors que Basquiat "ne ressemble à personne" - dans son art disons de "sublimer" le trivial précieux par l'encanaillement savoureux qu'il apporte (je pense à la "musique concrète" de Michel Chion, par exemple), et par ce style enrichissant, donc, le "vocabulaire" ; et que faisant il fait se toucher deux extrêmes (qui "normalement" s'excluent), ce que j'ai toujours goûté fort dans bien des genres - évoquant bibliquement, chaque fois, non sans emphase,"l'alpha et l'oméga"...

B.A. 08/12/2014 17:21

J'ai écouté Jean Clair dans réplique. C'était en effet très intéressant. Je ne suis pas complètement d'accord avec lui sur les visages de Picasso en particulier en gravure. Il me semble que dire qu'il n'y ait que le portrait de Gertrude Stein de valable dans tous les portraits que Picasso a exécuté est très exagéré.
C'est bien qu'il y ait des peintres qui n'aient rien à voir entre eux pour Basquiat et Chapelain Midy ce n'est pas sur car il y a chez les deux la présence d'une Afrique rêvée.

xristophe 07/12/2014 13:26

Délicieux.
Aucun rapport avec les street art, en plus...

B.A. 08/12/2014 07:11

Cette réponse est aussi pour Ismau dont le commentaire a disparu sans doute une mauvaise manoeuvre de ma part.
L'oeuvre de Chapelain-Midi est intéressante. Le tableau que je reproduit ici évoque l'oeuvre d'un Vuillard ou de l'impressionniste tardif Henri Martin. Mais n'a rien à voir avec la peinture qui lui a apporté une certaine notoriété dans les années 50. Malheureusement il fait parti de ses peintres qui n'ont plus "la carte" et dont on ne peut plus voir d'oeuvre, idem pour Mac Avoy, Brayer, Brianchon, Gruber... meme si pour ce dernier cela bouge un peu. Théoricien de l'art n'est pas le bon terme. Chapelain-Midy rédigeait plutôt un journal de son art, je le rapprocherais un peu de ce qu'écrit aujourd'hui Jean Clair. Son éditeur était Gallimard.
Il faudrait bien en effet que je fasse un billet sur sa peinture et sur lui, le personnage n'était pas banal, pas vraiment un joyeux drille, sorte de chevalier de l'art à la triste figure.
En effet ce blog est très chronophage et ainsi je ne fais que bien peu des billets que je voudrais faire.

xristophe 07/12/2014 23:09

C'est vrai qu'on se demande comment vous arrivez à faire tout ça... (On se rend compte !)

B.A. 07/12/2014 16:48

Je ne sais pas si vous connaissez l'oeuvre de Chapelain-Midy mais son oeuvre très noir dans ses dernier tableaux et surréaliste des années 50 n'ont rien à voir avec celle-ci. Cela fait des mois que je prévois de faire un billet sur ce peintre qui était en plus un théoricien de la peinture intéressant mais le temps, le temps...