Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903
un grand merci à Bruno pour m'avoir fait découvrir cette terrible histoire

un grand merci à Bruno pour m'avoir fait découvrir cette terrible histoire

 

Puis dans le numéro du Petit Parisien du lendemain, on pouvait lire: "Le Drame duJardin des Plantes: Les obsèques du malheureux gardien Lancel, qui asuccombé à l'hôpital de la Charité aux suites des horribles blessures que lui a faites l'hippopotame mâle du Jardin des plantes, auront lieu samedi, à midi. Hier matin, les deux hippopotames ont été laissés à l'intérieur de la rotonde. On a vidé le bassin de la cage extérieure pour y chercher le porte-monnaie du gardien Lancel, car l'hippopotame y avait plongé en gardant dans la gueule des lambeaux devêtements. Le porte-monnaie a été retrouvé. Dans l'après-midi, on afait sortir les deux hippopotames et les curieux sont venus en foulepour voir le féroce Gusko, complètement insouciant du terrible malheur qu'il a causé la veille."

Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903

kako le terrible L'histoire de Kako a donné l'idée  à Emmanuelle Polack d'en faire un livre sous le titre Kako le terrible.

Le 22 août 1896, Séraphin accueille aux JARDINS DES PLANTES un bébé hippopotame venu d'Afrique. Le gardien bichonne l'animal, en lui administrant quinze litres de lait de chèvre par jour. Au bout de huit mois, Kako pèse 200 kilos et se porte comme un charme. Les années passent et le public se presse désormais pour le regarder faire son show dans son enclos. Quand l'animal est de belle humeur, il baille en découvrant ses deux gigantesques canines. En 1903, au lendemain du bal du 14 juillet, l'idylle entre le gardien et son protégé prend fin tragiquement : Kako, dans un mauvais jour, bouscule Séraphin qui tombe à terre et succombe à ses blessures.

Emmanuelle Polack s'est inspirée d'un terrible fait divers qui s'est produit aux Jardins des Plantes à Paris au siècle passé. A l'époque, nous relate Michel Saint Jalme, l'actuel directeur de la ménagerie du Jardin des Plantes dans la préface de l'ouvrage, tous les animaux ou presque étaient capturés dans la nature. Kako ne faisait pas exception. Dès lors, on imagine aisément les risques que comportait le métier de gardien de zoo… Séraphin en a fait l'amère expérience. Pour illustrer cette histoire vraie, Barroux mixe les genres (dessins, photos, collages) avec audace et originalité. Un récit percutant qui fait aujourd'hui encore parlé de lui.

 
Kako un hippo vindicatif au jardin des plantes en 1903

Publié dans animalia

Commenter cet article

Bruno 31/12/2014 10:55

Amusant relais en album "pour enfant" ! Bravo pour avoir prolongé l'enquête