A propos du tome 12 de Billy Bat

Publié le par lesdiagonalesdutemps

A propos du tome 12 de Billy Bat

 

 

Si vous lisez ma rubrique « lectures » sise dans le chapitre « Livre » vous devez savoir que je lis la série de mangas Billy Bat à laquelle j'ai consacré un billet jadis qui ne prenait en compte que les premiers tome de ce manga du a Naoki Urasawa pour le dessin et qui se fait aider pour le scénario par Takashi Nagasaki.

L'histoire est à peu près inrésumable mais pour ce qui va suivre, il faut que vous sachiez que dans ce récit fleuve le monde (un univers parallèle au notre) est dirigé à travers les siècles par une secte dont les agissements lui sont dictés par l'apparition d'un dessin de chauve-souri. Habilement dissimulé dans ce manga du à des auteurs très talentueux, Urasawa est l'un des plus célèbres mangakas actuels, c'est en somme la bonne vieille théorie du complot. Je résume l'Histoire du monde est entre les mains d'un tout petit groupe d'individus qui se perpétue depuis l'antiquité. Il me semble qu'il n'est anodin de signaler que Billy Bat véhicule la nocive théorie du complot quand on sait quel copieux tirage atteint chaque tome dans le monde et particulièrement en France.

Le tome XII de la série est particulièrement ébouriffant et je suis très surpris de n'avoir encore enregistré de réactions au pays où la dictature du politiquement correct règne sans partage. Dans cette dernière livraison il est fait une grande place à l'un des personnages principaux: Chuck Culkin. Ce dernier est le clone transparent de Walt Disney. Il a gagné une fortune considérable en dessinant (ou plutôt en faisant dessiner) un personnage de chauve-souri appelé Billy Bat. Je vous passe sous silence les 4/5 de l'histoire qui nous entraine du Japon à l'Amérique en passant par le Moyen-Orient et l'Allemagne de l'antiquité à l'époque moderne. Mais venons en au contenu spécifique de ce tome XII.

Alors que rien ne l'annonçait apparaît au milieu du volume et du récit Adolf Hitler. Un Adolf qui a l'air assez brave homme. Un artiste frustré qui aurait bien mieux aimé manier le pinceau de martre que d'être dictateur.

Notre furher bonhomme sauve d'un peloton d'exécution un homme. Ce dernier avant d'être envoyé devant ses fusilleurs a choisi parmi les images qu'on lui montrait la représentation d'une chauve-souri.

Ignorant des us et coutumes du Reich qui faillit être millénaire, je suis tout de même resté baba en apprenant qu'avant d'exécuter des juifs les nazis leurs faisaient passer le test des taches d'encre...

Or donc voilà notre miraculé invité par Hitler en personne (Je vous rappelle que son invité est juif et que son hôte n'est pas connu comme un philo-sémite.) et qui plus est lui montre sa galerie de tableaux personnelle uniquement composée de ses propres oeuvres. Notre juif s'extasie devant de si beaux paysages. L'artiste a presque la larme à l'oeil en entendant ces compliments. L'artiste confie à son nouvel admirateur toute son amertume d'avoir été recalé au concours des Beaux Arts alors qu'Egon Shiele a été reçu!

Adolf fait une proposition à notre juif, une de celles que l'on ne refuse pas: << Vous allez vous installer en Amérique et oeuvrer à propager cette figure de chauve-souri. >> ( Je suis content d'apprendre qu'Hitler aimait les chauves-souris d'abord cela nous fait un point commun et puis accessoirement si je le rejoins dans le grand chaudron cela nous fera un sujet de conversation.) << Cette chauve-souri fera de vous un homme richissime. Je vous le garantis. Faites de la bande-dessinée. Lancez vous même dans le film d'animation c'est dans l'air du temps.>>. Sur ce Adolf procure à son admirateur obligé des papiers d'identité américains. Et pour finir Hitler lance à son protégé: << J'ai observé de nombreux hommes d'affaires juifs à l'oeuvre. Leur capacité intellectuelles sont limitées mais ce sont d'habiles entrepreneurs.>>.

Je résume dans un monde parallèle au notre Walt Disney est en fait un juif d'Europe de l'Est qui a reçu des consignes d'Hitler pour envahir le monde avec les dessins de son personnages.

Je me demande à quel Saké carburent Urasawa et son acolyte mais lors de mon prochain voyage au Japon je m'en tape une caisse et en me bottant le fion dans deux ans le Goncourt est pour moi et le Nobel pour bientôt. Question imagination Dumas fera figure de nain.

 

pour retrouver des mangas sur le blog: Une vie dans les marges de TatsumiBakuman,  Tatsumi,  NomNomBâ de Shigeru Mizuki,  Tezuka à Japan expo 2011Ayako de Tezuka,  Color Mandarake à Tokyo,  Thermae Romae de Mari Yamazaki,  Tsubasa et L'ile des téméraires,  Makoto Kobayashi : Michaël, Le Chat qui Danse (Glénat; 1998),  Billy Bat de Naoki Urasawa et Takashi Nagasaki,  Les Années Douces de Jiro Taniguchi & Hiromi Kawakami,  Les villes d'Adachi Mitsuru par Xavier Guilbert,  à propos de Bakuman n° 11,  Jin de Murakami Motoka,  Le chat Karupin dans prince of tennis ,  Zéro pour l'éternité de Naoki Hyakuta dessiné par Souichi Sumoto ,  L'ile des téméraires, tome 2 de Syuho Sato,  Silver spoon d'Hiromu Arakawa,  Les 11 questions de la chaîne infernale des amoureux du manga,  Cesare de Fuyumi Soryo ,  Je ne suis pas un homme d'Usamaru Furuya,  Takehiko Inoue - 井上 雄彦     

Publié dans Bande-dessinée

Commenter cet article