street art sous la Cité de la Mode de Paris

Publié le par lesdiagonalesdutemps

street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
street art sous la Cité de la Mode de Paris
Paris, novembre 2014

Paris, novembre 2014

Dans les parages des fresques et tags ces mouettes participaient à une éphémère installation.

Dans les parages des fresques et tags ces mouettes participaient à une éphémère installation.

Street art sur le blog: street art à Montreuil,  Mosko et associés ou le street art français sur les murs de La Havane,  street art bruxellois,  Street art à Londres,  Le général Lee (?) en prison rue Vaneau,  Une après-midi le long du canal saint-Martin,  Einstein se promène rue de Buci,  Street art à Lisbonne,  Les monstres sont entrés dans Paris,  Pochoir parisien,  skate et street art au bord de la Tamise,  street art londonien,  Salvador Escalona, maitre du street art à La Havanestreet art, à La Havane,  street art, dans le XX ème,  Street art, Alechinsky rue Descartes,  street art, un serpentaire rue de Sèvres,  Street art à Cordoue,  chat et street art à Grenade,  street art à Sévillestreet art et garçons à Tokyo,  street art rue des rosiers,  street art du coté du XIX ème arrondissement,  Street art dans le XX ème arrondissement de Paris au dernier jour de l'année 2011,  street art parisien, 1985, signé Blek,  street art entre Bastille et Marais,  street art à Christiana, Copenhaguestreet art parisien,  street art sètois,  street art par Philippe Le Grand,  Street art parisien, septembre 2012 Les vitrines de Majane Satrapi illustrant l'anniversaire du Bon Marché hommage du street art parisien à Chris Marker,  street art à Bilbao,  street art à Bari,  Au-delà du street art au musée de la Poste,  street art à Amsterdam,  street art parisien dans l'hiver 2012-2013,  street art à Naples,  street art Paris, l'immeuble qui saigne,  street art, rue Saint-André-des-arts,  street art à Venise,  street art, un ara dans le XIX ème!,  street art à Saint-Germain des prés dans le bel été 2013,  street art à Paris dans le bel été 2013,  Le Paris 2013 de Bruno, street art,  Zilda, maitre du street artZilda, maitre du street art (2),  Le Paris 2013 de Bruno, street art (2) du coté de GainsbourgLéo & Pipo (street art) , Street art de Bruno du coté de la rue de Seine,  Street art au bord de la Tamise,  street art à Saint-Germain des prés, décembre 2013,  Le Street Art de Maldito Juanito Le street art en France vu par Ismau street art dans le 6 ème arrondissement en janvier 2014,  Street art vu par Rodolphe Sebbah,  street art à Paris et ses alentours vu par Bruno en janvier 2014,  street art à Paris en 1988,  Street art à Paris rive gauche, hiver 2014 par Bruno,  street art, Paris entre deux rives.

On peut retrouver en plus les derniers billets sur le street art dans la nouvelle rubrique street art

 

Commenter cet article

ismau 08/12/2014 18:22

D'autre part, le coup des bouts de verre sous les pieds nus, c'est déjà fait par Gina Pane, artiste pas viennoise (mais bien française ) dans les années 70 . Elle était venu marcher et se taillader devant nous, étudiants de la fac d'arts pastiques de Paris I St Charles, et c'était pas si ridicule ... finalement plutôt émouvant .

B.A. 08/12/2014 18:47

Le body art me met très mal à l'aise et m'a même fait physiquement fuir plusieurs fois presque en courant. Je sais bien qu'il n'y a pas que les viennois mais c'est je crois l'école la plus connue dans le domaine. Et puis je me dis que tout ces gens ne feront jamais aussi bien que Jésus, un palestinien qui depuis quelques années à un certain renom ce que je regrette tous les jours.
Enfin contrairement à notre palestinien je trouve qu'il n'est pas mal du tout de s'enrichir quand aux collégiens, il y en a définitivement trop, l'intelligence est élitiste et ce n'est pas la ridicule éducation de masse qui y changera quelques chose néanmoins il y en aura toujours quelques un pour s'émerveiller.
J'en reviens à Catelan. Je n'ai pas encore vu l'exposition Koons (cela ne va pas tarder) que je ne tiens pas pour le génie du siècle comme je l'entend depuis une semaine néanmoins j'ai beaucoup aimé son toutou à Bilbao et son dinosaure dans le parc du château de Versailles (j'ai fait un billet sur les deux cela dois se trouver sur le blog) ils aurait du le garder comme l'a fait intelligemment la municipalité de Bilbao. Mais quand j'entend que c'est un artiste dérangeant je ne vois pas en quoi. Catelan l'est beaucoup plus et les frère Chapman encore plus mais une rétrospective de ces dernier ferais tomber en pâmoison famille de France!

ismau 08/12/2014 17:59

Je ne suis pas fan de Cattelan, mais il ne me fait pas un instant ''sourire de pitié'' . D'abord parce que l'oeuvre que je citais, à la biennale de Venise, était vraiment belle et très impressionnante ( il suffit pour s'en convaincre de regarder le lien ) Aussi parce qu'artiste reconnu par tous les grands musées et collectionneurs, avec une rétrospective de son œuvre en 2012 au Guggenheim , il n'est pas trop mal loti … Mais sans doute tous ces théoriciens - forcément vaseux - spécialistes et amateurs d'art contemporain sont-ils des naïfs, de bêtes prétentieux, ou alors des escrocs . Sans doute n'y a-t-il que l'ironie pour rendre compte de tout ce cirque . Les collégiens de notre beau pays ont déjà conscience très tôt de tout cela . Ils commencent par se moquer de Picasso qui ne sait pas dessiner c'est bien connu, et ensuite ils mettent dans le même sac tout le reste c'est pareil : installations, performances, body art, surréalisme, ready-made, etc etc … tout ça c'est que des trucs super nuls, pour faire son malin en devenant devenir riche et célèbre, et c'est tout !

B.A. 09/12/2014 21:03

Je ne suis pas plus intimidé que vous cher xristophe par les collectionneurs ploutocrates qui ont presque toujours plus d'argent que de goût et de savoir ce qui est un bel exemple d'illustration de la décadence de l'occident le divorce de l'argent et du gout.

xristophe 09/12/2014 20:37

Ma foi, je n'ai pas dit grand chose contre ce Monsieur Cattelan que je ne connais pas et que, qui sait - j'aimerais pê (un peu) si j'avais l'envie et le loisir de m'en occuper ; en revanche vous savez, Ismau, que ça n'est pas la reconnaissance des musées et des collectionneurs contemporains du monde entier qui pourra m'ébranler, du moins a priori par effet d'intimidation majoritaire ou autre - si je ne le "sens" pas ; quand bien même je me tromperais, cela n'est pas si grave : il y a bien assez de beauté par ailleurs, et par le monde de l'art, même, en particulier pour que je dérègle par un mensonge mon réglage esthétique, et esthésique, en plus - c-à-d l'équilibre, si soigneusement mis au point de mon intime sensibilité. /// Pour les viennois, je me suis emballé en pensant aux musiciens dodécaphoniques. Que de viennois ! J'ai été voir ensuite sur Google ce qu' il en était de l'école viennoise en peinture moderne : quelle horreur ! je n'ai même plus l'envie de la "dégommer" ! Je précise pour être complet que mon "installation" body artétisée n'est pas pour que moi, au musée, je m'aille comme un crétin couper la plante des pieds : je laisse cela aux visiteurs - aux nombreux amateurs... de mon œuvre rêvée /// De toutes façons, puisque c'est déjà fait... /// De toutes façons, moi, moi bien sûr, je plaisantais...

xristophe 06/12/2014 17:01

Tous ces Installateurs me font qqf sourire de pitié : car moi j'ai mis au point un installation qui - enfin ! - vaut le détour ; cela s'est fait tout seul ; elle n'est encore que "domestique" : Quand je fais ma vaisselle (à la main), je pose ensuite mes verres, - mettons -, pour les sécher, sur la surface plane de ma machine à laver, le linge, à côté de l'évier. Ils restent là un bon moment, les verres : premier temps de l'installation ; un beau jour je lance la machine à linge : à l'essorage, des trémulations folles projettent au sol de trois à quatre verres qui se fracassent en cent morceaux chacun sur la carrelage de ma cuisine (deuxième temps) ; le troisième temps consiste à balayer bien sûr, le plus soigneusement possible ; enfin le quatrième (qui peut durer très très longtemps, hélas) consiste à se couper infiniment la plante des pieds, trop souvent nus, contre les minuscules débris, éclats de verre qui s'obstinent invisibles à perdurer, sournoisement, sur le carrelage complice : c'est là bien sûr - que culmine le génie quasiment digne d'un Duchamp multiplié par celui d'un Dali - de mon Installation paranoïaque-critique dont je veux bien vendre (très cher) l'idée, désormais ici-même - sur ce blog, lui aussi génial - déposée... Alors ?

xristophe 06/12/2014 21:36

Une grande Carrière s'ouvre pour nous, vous et moi cher BA - pour moi de Justicier et d'Empereur, car ces Viennois (y compris ceux de l'école dodécaphonique) commençaient à m'faire doucement de l'ombre et pour rester poli - et pour vous de Grand Conseiller, suprême Savant, éminence grise mais toujours verte, une espèce de génie renouvelé de Talleyrand (en somme) Périgord si cela vous va ? Ca va barder dans les cimaises...

B.A. 06/12/2014 19:47

Je suis ébloui, subjugué par votre description minutieuse de votre performance de body art car vous réussissez à coupler une installation que votre processus de création rend éphémère avec une performance de body art qui me semble renouveler l'art du fakir puisque vous lui faites subir un traitement minimaliste. Si je puis me permettre il me semble que si vous apposez sur le sol de votre cuisine une grande feuille de papier à dessin vous pourriez obtenir un tachisme monocolor intéressant. Lors de l'exposition en galerie vous pourriez sonoriser l'exposition par les cris que vous poussez lors de votre mutilation involontaire et aléatoire. Voilà comment on enfonce les actionniste viennois.

ismau 03/12/2014 21:49

Mais une très intéressante variété de sujets, de styles et de techniques ! Avec pour les photos un bel équilibre des lumières et des couleurs ...
L'installation des vrais mouettes est aussi très réussie , elle m'a rappelé celle vue à la biennale de Venise en 2011 : "The others" de Maurizio Cattelan ( 2000 faux pigeons répartis - avec art évidemment ! - sur tout le site d'exposition )
http://www.designboom.com/art/maurizio-cattelan-at-venice-art-biennale-2011-the-others/

B.A. 03/12/2014 22:30

Je me souviens aussi d'une installation de faux pigeons au premier étage du magasin chic et branché, Colette à Paris il y a environ deux ans. Mais je ne me souviens plus de son auteur. C'est peut être sur le blog car j'avais fait quelques photos.

Xristophe 01/12/2014 14:00

Vive (ou que vivent) les mouettes