Salon d'automne 2014

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Salon d'automne 2014

Retour au Salon d'automne 25 ans après en avoir été viré avec fracas pour des motifs bien éloignés de l'art. J'avais été durant plusieurs années une des chevilles ouvrières de ce salon sous la bienveillante férule de son président, Edouard Mac Avoy. Président de la section photo et éphémère vice président j'ai pu m'honorer entre autres d'avoir, sous la nef du Grand Palais où se tenait alors le dit salon, organisé la première rétrospective Willy Ronis. C'est donc avec un peu d'émotion que j'ai arpenté ce salon certes moins que si c'était sous la majestueuse verrière du Grand Palais où j'aurais croisé bien des fantomes.

25 ans plus tard ce salon a-til changé. Pas complètement il est d'une frileuse prudence alors que ce fut le lieu de toutes les audace. C'est en son sein par exemple qu'un critique foulant les dénigrer qualifia de fauve des tableau dont les couleurs hurlaient. C'est toujours dans ce cadre que plus de quarante ans plus tard on se batit devant les toile de Picasso à la sortie de l'occupation et qu'il fallut les faire garder nuit et jour pour qu'elles ne soient pas vandalisées.

On est loin de ce genre de tumulte aujourd'hui. Le salon d'automne se déroule presque clandestinement à l'entrée des Champs Elysées dans deux beaux barnum et s'il y a beaucoup de visiteur la gratuité et le lieu ne doivent pas y être pour rien.

Le fait que l'espace soit plus chiche que lorsqu'il se déployait au Grand Palais nous évite un bon nombre de croutes, je rappelle que les artistes paie pour exposer et qu'il 'on droit de montrer, tout du moins en section peinture et sculpture qu'une seule oeuvre. Mais si la qualité moyenne est en hausse d'après mes souvenir en revanche je n'ai vu que très peu d'oeuvres marquantes.

Ma sélection est comme d'habitude toute personnelle. Si l'on pouvait prendre toute les photos que l'on voulait, l'éclairage très cru ne facilitait pas la chose.

L'affiche de Wolinski qui était une sorte d'invité d'honneur  proclamait (curieuse idée assez peu en phase avec le reste) l'alternative mais l'alternative à quoi?

Dans le paysage de l'art actuel je ne vois pas très bien l'utilité d'un tel salon. Il permet certes à des artistes de montrer un échantillon de leur production mais dans quel but? (même si toutes les oeuvres sont à vendre, je doute que cette éventuelle rentrées d'argent soit significative pour leur quotidien.) 

Wolinski s'essayant à la peinture

Wolinski s'essayant à la peinture

Jean-Charles Millepied

Jean-Charles Millepied

Jean-Pierre Verdeille

Jean-Pierre Verdeille

Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014
des visiteurs

des visiteurs

Claude Avias

Claude Avias

Hélène Varchavsky
Hélène Varchavsky

Hélène Varchavsky

Claude-jean Darmon

Claude-jean Darmon

Maeda Ryuichi

Maeda Ryuichi

Wang Xinfu

Wang Xinfu

Salon d'automne 2014
Saint Sébastien par Pico

Saint Sébastien par Pico

Schmelz

Schmelz

Salon d'automne 2014
Japone

Japone

Bernard Henon

Bernard Henon

Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014
tableau de Deusexmuraena

tableau de Deusexmuraena

Alain Paliotti
Alain Paliotti

Alain Paliotti

La porte est un tableau

La porte est un tableau

Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014
Jean-Pierre Alaux

Jean-Pierre Alaux

Salon d'automne 2014
Inoué Kamikaze

Inoué Kamikaze

Salon d'automne 2014
Deux photos signées de mon ex collègue Foulon

Deux photos signées de mon ex collègue Foulon

Han Yuchen

Han Yuchen

Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014

Je savais qu'Eychart nous avait quitté, il ne devait pas pourtant guère dépasser les 70 ans. Pendant plusieurs années il fut mon collègue au conseil d'administration du Salon d'automne. Ce n'était pas le membre de notre petit groupe avec qui je sympatisais le plus pourtant j'aimais certains de ses tableaux. Des sortes de Vuillard tristes C'était un artiste intègre. Je regrettais que ses sujet soient trop domestique et qu'il ait une propension exagérée à se représenter dans ses toile. C'est le barbu accoudé au zinc et bien sûr le peintre peignant sa compagne.

Salon d'automne 2014
Salon d'automne 2014
Paris, octobre 2014

Paris, octobre 2014

Commenter cet article

xristophe 20/10/2014 15:54

Bcp de choses "stimulantes," je trouve... si bien photographiées... enrichies parfois de reflet... Claude Avias : sont-ce des mousses nus dans des gréements ? Le "street art" encadré ! (ça devait finir comme ça...). Je ne parle pas là de ce que je préfère (trop de choses; y revenir) Surtout : la bouille du "visiteur" surpris de devenir une œuvre d'art d'un seul coup par vos soins !

B.A. 20/10/2014 16:35

Et bien pour ma part je n'ai pas été stimulé par ce salon. Je pense que malheureusement la toile d'Avias est plus symbolique qu'une simple vision de mousses dans les gréements.