Les beaux étés, Bernard Delvaille

Publié le par lesdiagonalesdutemps

La Baule, septembre 2010

La Baule, septembre 2010

Les beaux étés à la veille des guerres 
les beaux étés où l'enfance est troublée 
tout finit par le meurtre 
et le sable des plages est froid désormais 
Dans les yeux des vieillards 
tremble la peur de vivre et d'être seul 
Les beaux étés où les jardins sont clos 
les beaux étés où commence l'automne 
tous les prés ont été incendiés 
et dans le soir les feuilles sont tombées 
Rien ne sera jamais comme autrefois 
mais je me souviendrai toujours 
des beaux étés aux scarabées des roses 
les beaux étés où tout était mensonge. 
 
Bernard Delvaille   Panicauts ou Le voyage d'été (in Œuvre poétique La Table Ronde, 2006)

Publié dans citations

Commenter cet article

xristophe 24/07/2014 21:10

Superbe et bien mélancolique, tout cela : la Baule au soir (sûrement, photo de vous) et le poème - quasi tragique, lui... Quant aux "liens", ils m'emmènent, eux, dans l'incompréhensible... d'un autre blog sans doute, où je me perds d'être parachuté sans préavis - comme on l'est la nuit dans les rêves...

B.A.. 25/07/2014 07:31

Les liens ne renvoient pas forcément à un de mes billets. D'autant que je n'ai rien fait sur Delvaille dont le journal est très intéressant. Peut être plus tard.
En effet la photo est de moi, un soir début septembre à La Baule en 2010.