Francis Luis Mora

Publié le par lesdiagonalesdutemps

Francis Luis Mora
Francis Luis Mora
Francis Luis Mora
Francis Luis Mora
Francis Luis Mora

F. Luis Mora, également connu sous le nom Francis Luis Mora est né le 27 oeuvre. Mora a travaillé à l'aquarelle, à l'huile et à la tempera pour ses peintures murales. Il a réalisé outre ses peintures  de nombreux dessins à la plume et au crayon ainsi que des gravures et des monotypes. D'une famille à la fois d'artistes et aisée, il était apparenté à la famille Bacardi (le rhum), il a beaucoup voyagé en particulier en Europe. Il est connu pour ses tableaux et dessins décrivant la vie américaine au début du XXe siècle ainsi que la société Espagnole. Il a aussi traité des sujets historiques et allégoriques. Il a également enseigné à la School of Art de New York et à l'Art Students League. Parmi ses élèves il y avait Georgia o ' Keeffe Il est mort le 5 juin 1940 aux Etats-Unis où il a passé la plus grande partie de sa vie.

on décèle facilement l'influence de Eakins dans ce tableau

on décèle facilement l'influence de Eakins dans ce tableau

Francis Luis Mora
Francis Luis Mora

Publié dans peinture

Commenter cet article

xristophe 23/07/2014 00:21

...Et Francis Luis Mora ! Ses deux petits garçons modèles, sur un ciel tourmenté du Greco ! Ah, eux, pas tourmentés du tout - à l'aise ! (Ils me tuent, ces deux-là...) (Plus provoquant je meurs)

B.A.. 27/07/2014 10:58

Hélas je crois que vous vous illusionnez. La néophilie se porte bien et l'inculture mieux encore. Je crains que l'influence culturelle des néoréactionnaires soit plus médiatique qu'autre chose... Et puis il ne faut jamais oublier le grand remplacement qui va faire bientôt de la france un peuple de simili nègre...

xristophe 27/07/2014 00:39

Je dirai, platement peut être : raison de plus pour penser qu'elle est bonne... Et du reste ça n'est pas sûr, ce que vous dites, de "notre" position minoritaire (aggravons notre cas en suggérant que nous sommes dans le vent !) : le temps n'est plus du tout au prestige de la "nouveauté" tous les quart d'heures et à tous les carrefours - il faudra bientôt prendre, même, la défense de tous ces pauvres "génies incompris" (et "maudits", derechef !) qui pullulent...

B.A.. 26/07/2014 18:44

Je suis assez d'accord avec vous par exemple j'ai plus de plaisir en peinture à admirer les toile de cubistes tardifs que d'un Braque ou d'un Picasso de cette période idem pour les impressionniste je trouve les tableaux d'un Luce ou d'un Martin meilleurs que ceux de Renoir, mais force est de constater que c'est une position fort minoritaire.

xristophe 26/07/2014 16:43

N'étant pas moi-même tout à fait un génie novateur (je l'écris avec une charmante simplicité, au risque que je cours, de décevoir...), je suis de plus en plus épris des "épigones", des successeurs, des disciples et des héritiers ! (ici, je risque de me faire lyncher)... Les novateurs souvent sont des rustres "qui ne font rien qu'à inventer" (comme on dit kacopier), sans voir tout ce qu'on peut perfectionner, améliorer dans leur petite trouvaille de rien du tout... Je pense en musique à Schonberg, le plus mauvais musicien dodécaphonique qui soit, fanatique avec ça : que resterait-il donc de sa pauvre invention sommaire et prétentieuse sans Berg, Webern, Boulez... qui est, ce dernier, comme cela tombe bien, le délicat compositeur, sur un texte de Char, du lumineux, adamantin "Soleil des eaux", contant l'histoire légère d'un lézard épris d'un chardonneret - presque la chanson de Gréco !

B.A.. 23/07/2014 18:41

c'est cela il a fait un magnifique tableau qui s'intitule un petit oiseau un petit poisson... très très joli...
Les illustrateurs américains de la première moitié du XX ème siècle sont très forts de grands peintres sont sorti de ce creuset qui passe aussi par les ateliers des peintres parisiens. Il ne faut pas oublier que c'est le chemin suivi par Hopper. Illustrateur n'est pas péjoratif de l'autre coté de l'Atlantique ni d'ailleurs sous mon clavier.

xristophe 23/07/2014 17:47

Ah là aussi je suis très fier (vous dites tout ça pour m'encourager ?) : j'avais mis "Greco" en tremblant, pas vraiment sûr de moi : connaissant à peine ce Greco... (le père de Juliette, je crois?)

B.A.. 23/07/2014 07:11

Je dois avouer que j'ai fait une sélection drastique dans l'oeuvre de ce peintre prolifique. Le garçon sage au bateau a ma préférence mais le pastiche garçonnier du Greco est assez époustouflant, j'aimerais beaucoup l'avoir dans mon salon.